Les galères d’argent restent un peu tabou : beaucoup la vivent, mais peu en parlent. Comment rester productif au travail quand ton compte courant est dans le rouge dès le 5 du mois ?

Bien-être financier : kezako ?

Les galères d’argent. Si tu lis ces lignes, c’est peut être car tu as un taux d’endettement qui frôle la « bankrupt » ou tout simplement des des difficultés pour épargner.

Bonne gestion financière et découverts autorisés

Le découvert autorisé est en quelque sorte un emprunt convenu avec ta banque. Lorsque tu franchis ce plafond, tu es en dépassement de découvert autorisé, et là ça se complique.

À ce stade, les agios sont plus importants, tu payes des frais de 8 euros à chaque fois que tu utilises ta carte de crédit, et tu reçois d’agréables lettres payantes pour rappeler ta situation.

21 % des Français sont dans cette situation tous les mois en 2019 et 6 Français sur 10 le sont une fois dans l’année.

Le revenu  joue beaucoup, mais on constate également que 13 % de ceux qui gagnent plus de 3 000 euros le sont également.

Une étude 2019, montre que le découvert pointe le bout de son nez en moyenne au 18e jour et que dans 16 % des cas, lors des 15 premiers jours.

Impossible donc de mettre de l’argent de côté sur son compte épargne et de réaliser ses projets.

L’impact de la santé financière sur le reste !

Comment se fait-il que les employés rémunérés soient 65 % à stresser de leur santé financière ?

• 23 % : manque de productivité et de concentration
• 38 % : sommeil perturbé = absences plus régulières
• 28 % : des problèmes de santé mentale = arrêt de travail
• 34 % : difficulté à développer un réseau amical ou affectif

Est-ce le problème de  l’entreprise ? Ce qui est sûr c’est que 49 % des salariés y pensent entre 1 h et 8 h par mois au travail et 10 % plus de 9 h (soit un jour dans le mois)…

Employeurs/employés, même combat ?

Certains diront que l’entreprise doit d’abord gérer ses finances au lieu de s’occuper des dettes de ses employés. D’autres avanceront l’idée qu’elle n’a pas à s’immiscer dans leur gestion des finances.

Pourtant, s’en préoccuper peut être un réel atout pour attirer de nouveaux talents. La jeune génération, toute fraîche sur le marché du travail, n’a pas les mêmes attentes, on le sait.

L’entreprise peut alors montrer son soutien en cas de coup dur. Cette idée n’est pas récente, des avantages sociaux comme les plans d’épargne ou le Cesu, ce dernier en vigueur depuis 1994, en sont la preuve concrète.

Un salarié épaulé « remonte en selle » plus rapidement et se sentira redevable d’atteindre ses objectifs.

Loin d’être de la manipulation, l’être humain fonctionne ainsi. Tu ne veux pas décevoir ceux qui t’ont tendu la main lorsque tu étais dans le besoin.

Gérer son argent pour atteindre le bien-être financier

4 piliers définissent le bien-être financier :

1/ Capacité financière à contrôler ses dépenses (money management)
2/ Avoir de l’argent de côté en cas d’imprévu (épargne)
3/ Développer ses connaissances dans les domaines financiers au sens large
4/  Pouvoir réaliser ses projets (investissement)

Le salarié pourrait bénéficier d’une éducation financière pour surmonter des imprévus comme : budgéter un trop-perçu de l’administration à rembourser, comprendre une déclaration de revenus ou comment trouver le meilleur taux pour un emprunt immobilier.

Ils sont 23 % à vouloir un coach pour mettre en place un plan de financement dans leur projet personnel.

Sans parler d’augmentation de salaire, le but est d’aider les salariés à surmonter les imprévus et d’avoir une liberté financière. Cette action améliorera leur productivité et t’inscrira dans une démarche RSE.