Return to site

digiBrief #6 

L'actu du digital en 5 minutes by digiRocks.

Rédacteur : Bertrand.

L’ESSENTIEL

Vente en ligne

En acquérant Darty, la FNAC va devenir le plus gros e-marchand en France, après Amazon. Le géant américain garde un coup d’avance, grâce notamment à sa filiale logistique, FBA, qui commence à imposer son business model. De son côté, C-Discount (groupe Casino) lance à Bordeaux un incubateur pour start-up innovant dans le e-commerce. Les enseignes low-cost sont aussi de la partie : Aldi fait ses premiers pas sur Internet, et Lidl ouvre une e-boutique en Belgique, après l’Allemagne.

Alors qu’une récente étude montre que les prix sont globalement les mêmes dans le commerce classique ou sur Internet, les taux de conversion en ligne sont encore très aléatoires. Mais les leviers de croissance restent nombreux, et notamment vers la Chine.

Mobile

Carl Icahn, investisseur militant, annonce la vente de toutes ses actions Apple alors que la marque publie, pour la première fois en 13 ans, des bénéfices en baisse. Le ralentissement de l’activité en Chine et des doutes sur sa capacitéd’innovation expliquent ce trou d’air. Mais le PDG d’Apple reste confiant et sesrelais de croissance dans les services associés au mobile sont nombreux.

Whatsapp à nouveau bloqué par les autorités brésiliennes, pour 3 jours. Les responsables de l’application refusent d’ouvrir leurs données dans le cadre d’une enquête criminelle, et dénoncent cette censure qui concerne 100 millions d’utilisateurs dans le pays. Un blocage qui bénéficie à un concurrent, Telegram.

Médias sociaux

Twitter n’apparaît plus dans la catégorie « réseaux sociaux » de l’App Store, mais dans « Actualités ». Une façon de se démarquer des concurrents Facebook ou Snapchat, et d’affirmer son identité de plateforme de contenus… Mais en même temps, Twitter ouvre un nouvel onglet Connecter , qui permet de trouver de nouveaux contacts.

Instagram s’ouvre davantage à la publicité avec une fonction carrousel pour les vidéos. Snapchat, de son côté, revendique désormais 10 milliards de vidéos vues chaque jour.

LE BRIEF

… pourquoi parle-t-on tant de l’Internet des objets ?

IoT, pour Internet of Things. En bon français, cet Internet des objets se présente comme la nouvelle pépite des industriels. La Poste relance son concours autour des objets connectés, Microsoft se paie une pépite italienne Solair, le bretonKerlink entre en Bourse, Bouygues s’appuie sur son centre d’innovation pourdévelopper ses propres objets connectés.

… l’Internet des objets a-t-il un avenir ?

Vus d’abord comme de simples gadgets pour bobo ou hipster, tous ces objets du quotidien deviennent communicants. Et quand le design est au rendez-vous, le marché potentiel dépasse largement la niche des « jeunes urbains barbus et végétariens ». Ces nouveaux objets répondent à des besoins forts chez le consommateur, de la prévention des risques de santé aux plus petits embarras du quotidien. Et même jusqu’à la lutte contre le changement climatique !

… faut-il foncer tête baissée dans l’IoT ?

Comme avec chaque innovation, les premières places sont très convoitées et la précipitation apporte son lot de risques. En quadruplant le nombre d’objets connectés d’ici 2020, les fabricants s’exposent davantage aux cyber-attaques. Uneguerre des standards accompagne la montée en charge très rapide l’IoT, et finalement les grands gagnants seront ceux qui apprendront à exploiter les données issues de l’Internet des objets.

Agenda

- 7 au 9 juin :  EVOC Online, salon virtuel de l’objet connecté et de la domestique
- 23 et 24 mai (Amsterdam) : Conférence Open innovation 2.0 

pour finir :
- 20 personnes à suivre pour une veille sur les médias sociaux, sur Twitter
- Le désenchantement digital de Tariq Krim, et...
- La disparition numérique soudaine du groupe de rock Radiohead

 

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly